Dans une copropriété, l’entretien des lieux peut être divisé en deux sections. En premier, le nettoyage et la prise en charge des zones privatives font partie des responsabilités du copropriétaire lui-même. Ensuite, l’entretien des parties communes est une charge assurée par tous les copropriétaires. Cette seconde partie est très importante, car elle permet de garantir une bonne image de la copropriété. Les parties communes de l’immeuble sont utilisées par tous les habitants et il est donc important que ces zones soient maintenues. Cependant, il est nécessaire de trouver une solution efficace pour assurer le nettoyage de la copropriété. Alors, comment assurer la propreté des parties communes d’une copropriété ?

Les différents besoins concernant le nettoyage des parties communes

L’entretien des parties communes d’une copropriété regroupe différentes tâches qu’un seul copropriétaire ne peut exécuter. Les besoins d’une copropriété en entretien sont :

  • Le nettoyage des couloirs et des escaliers : selon le nombre de personnes habitant dans l’immeuble, les couloirs et les escaliers sont des parties de la propriété qui sont vraiment fréquentés et qui doivent être nettoyés de manière permanente,
  • Le nettoyage de l’ascenseur : ce moyen de déplacement est utilisé par de nombreuses personnes par jour et pour des raisons d’hygiène et de sécurité, il est nécessaire d’essuyer la rampe, le sol et le miroir
  • Le nettoyage des sols des parties communes : le sol est un endroit favorable à la prolifération des bactéries et d’autres organismes représentant un danger pour la société des résidents. Il est donc important de procéder à une aspiration et un assainissement des tapis et des moquettes se trouvant dans le hall de la copropriété. Dans le cas où ces éléments ne sont pas présents, il faut procéder à un lavage des sols en carrelage ou en béton.
  • L’entretien des vitres : pour assurer un aspect entretenu à la copropriété et un milieu sain aux habitants, il faut assurer le nettoyage continu des vitres et des baies vitrées se trouvant au niveau des parties communes.
  • Le nettoyage des rampes de l’escalier et des interrupteurs est important non seulement pour garantir le bien-être des résidents, mais également pour assurer l’entretien de ces éléments
  • La sortie et la rentrée des bennes à ordures
  • L’entretien des façades pour garantir une meilleure image de l’immeuble
  • L’entretien de la vitrerie extérieure de la propriété
  • Le nettoyage des abords de l’immeuble et des espaces verts
  • Le déneigement pendant la période de l’hiver
  • L’entretien des sols du parking de la copropriété

Quel est le plan de déroulement du nettoyage des parties communes d’une propriété ?

Pour réussir l’entretien de la copropriété, le syndic doit établir un cahier de charges qui devra être respecté à la lettre. Pour l’établissement de ce carnet d’entretien, le syndic de copropriété doit se réunir et prendre en compte les besoins de l’immeuble.

Après l’établissement de ce carnet d’entretien, le syndic doit le mettre à la disposition des copropriétaires et/ou de tout acheteur potentiel. Cela permettra à chaque fois d’avoir une idée précise des charges qui lui incombent dans le respect des règles dictées dans le carnet d’entretien. Ce carnet doit comporter un chapitre pour chaque zone de l’immeuble. Il s’agit entre autres de chaque bâtiment, des espaces verts, des parkings, des locaux pour les bennes à ordures, etc. Le carnet doit faire une mention claire de l’adresse de l’immeuble et des divers contrats d’assurance. Il doit également préciser les dates de réalisation des travaux de grande envergure dans la copropriété. C’est une indication qui pourra servir de repère et être d’une grande aide dans la détermination de la périodicité de certaines opérations de nettoyage telles que le nettoyage de façades par exemple. Il est également important de ne pas oublier la mention des références des contrats d’entretien et l’échéancier adapté.

Dans une copropriété, la définition de la méthode de nettoyage des zones communes et, le cas échéant, le choix de l’entreprise de nettoyage doivent être effectués en fonction de règles précises. En premier, ces diverses décisions doivent être prises au cours d’une assemblée générale rassemblant tous les copropriétaires. Pour qu’une solution soit adoptée, il est essentiel que la majorité des résidents vote pour cette alternative. Il est aussi vivement recommandé de faire une demande de devis auprès des entreprises de nettoyage dès que la question est mise à l’ordre du jour.

À quelle fréquence faut-il se charger de l’entretien des zones communes de la copropriété ?

Le nettoyage de la copropriété doit respecter une fréquence bien précise. Celle-ci doit être définie en fonction de plusieurs critères.

En premier, il faut considérer la dimension de la propriété et la superficie des parties communes à nettoyer. Il est évident qu’une copropriété comprenant uniquement 10 lots n’a pas les mêmes caractéristiques et par conséquent n’a pas les mêmes besoins qu’un immeuble composé de 20 ou de 30 lots.

Ensuite, il faut prendre en compte le nombre de copropriétaires. La présence de professions libérales ou de commerce dans la copropriété est aussi une condition à ne pas négliger. En effet, l’existence d’un commerce par exemple entraîne le passage d’un nombre plus élevé de personnes dans l’immeuble. Le nombre de baies vitrées, la présence des espaces verts à entretenir et la nature des revêtements se trouvant à l’extérieur sont également des éléments à considérer pour définir la fréquence à laquelle il faudra réaliser le nettoyage des parties communes.

Avec la détermination de tous ces éléments, il est alors possible de prévoir que l’entretien des zones communes d’un immeuble peut se faire chaque jour dans le cas où la copropriété est immense et dispose d’un nombre important de baies vitrées. Ce sera également le cas s’il y a l’existence de commerces ou de professions libérales qui reçoivent régulièrement leur clientèle. Mains pour une petite copropriété qui ne réunit pas ses conditions, le nettoyage peut être réalisé chaque semaine. Il est donc indispensable de trouver des prestations de qualité à des prix raisonnables. Ces services doivent être performants et correspondre aux différents besoins de l’immeuble et des habitants.

Qui doit s’occuper du nettoyage de la copropriété ?

Pour que l’immeuble ait une bonne image dans le voisinage et offre un cadre de vie saine aux résidents, il est important que le syndic de copropriété trouve un gestionnaire des tâches d’entretien relatives à l’immeuble.

Dans une petite copropriété, cette tâche peut être cédée au gardien de l’immeuble. Autrefois, toutes les responsabilités de nettoyage des parties communes incombaient au vigile du bâtiment. Toutefois, cette alternative présente un grand inconvénient. En effet, avec l’essor des interphones et du réseau internet, cette profession à tendance à disparaître et beaucoup de copropriétés doivent trouver une solution palliative.

Néanmoins, si votre copropriété dispose d’une loge de gardien qui est encore occupée, le gardien peut se charger du nettoyage des parties communes. Il peut donc avoir la charge de l’entretien des espaces verts, de la sortie et de la rentrée de la benne à ordures, de l’entretien du hall et des couloirs, etc.

Il existe aussi une autre solution pour l’entretien des zones communes d’un immeuble. Le syndic de copropriété peut faire appel aux agents d’entretien ou à une entreprise de nettoyage. En effet, de plus en plus de copropriétés préfèrent recourir aux services d’une société d’entretien au lieu de faire appel à un salarié sur place pour le nettoyage des locaux. Cette solution est très avantageuse pour les grandes copropriétés, mais permet également de garantir un entretien des espaces de manière continue et de ne pas faire face aux contraintes telles que les dates de vacances du gardien par exemple.

Pourquoi choisir une entreprise spécialisée pour le nettoyage des espaces communs de la copropriété ?

Pour l’entretien et le nettoyage des zones communes d’un immeuble, la solution la plus simple et la plus efficace, généralement dans la majeure partie des cas, est de recourir aux services d’une société spécialisée extérieure. Cette solution présente plusieurs avantages. En premier, le syndic de copropriété n’échangera qu’avec un seul interlocuteur pour la réalisation de toutes les tâches. Une société de nettoyage dispose des ressources matérielles et humaines pour couvrir les besoins d’une copropriété, quelle que soit sa taille. De plus, les copropriétaires n’auront pas à subir certaines contraintes liées à l’emploi d’un seul salarié.

Afin de bénéficier des services d’une société de nettoyage, le syndic de copropriété devra souscrire un contrat d’entretien avec ce prestataire. Ce contrat est nécessaire pour faciliter l’encadrement des besoins de la copropriété et de la détermination précise des missions du professionnel, du temps et de la fréquence d’intervention. Les missions du spécialiste concernent seulement les espaces communs de la copropriété. Selon l’article 3 de la loi du 10 juillet 1965, les parties communes d’une copropriété sont définies comme suit : « Dans le silence ou la contradiction des titres, sont réputées parties communes : les cours, le sol, les parcs et les jardins, le gros œuvre des bâtiments, les voies d’accès, les éléments d’équipement commun, les parties de canalisation traversant les locaux privés, les têtes de cheminée, les gaines, les coffres, les zones des services communs, les passages et corridors. »

Quel est le coût d’entretien d’une copropriété ?

Faire appel à un prestataire externe pour l’entretien des espaces communs permet au syndic de copropriété d’avoir des factures selon les tâches effectuées, nécessaires pour la justification de la répartition des charges communes entre tous les résidents. Dans le cas où un contrat est établi pour l’entretien des zones communes de l’immeuble, le paiement du professionnel est à la charge du syndic.

C’est ce dernier qui s’occupe de la répartition de ce tarif en charges collectives à assumer par les copropriétaires ou par les locataires des locaux privatifs s’ils sont des propriétaires non résidents. Il est important de notifier que les charges collectives prennent en compte aussi bien le nettoyage des espaces communs que les opérations de désinfection des poubelles, l’entretien complet du parking ou encore la prise en charge des espaces verts.

À titre préventif, il est essentiel que l’un des membres du syndic de copropriété ou qu’un résident procède à des vérifications ponctuelles de la réalisation correcte de service demandé. En d’autres termes, il faut faire un état des lieux avant et après le passage du professionnel. Dans le cas où le résultat n’est pas satisfaisant pour les copropriétaires ou pour les résidents, ces derniers doivent en faire part au syndic qui joue le rôle de médiateur entre eux et la société de nettoyage. Cette démarche est également valable si les fréquences déterminées dans le contrat ne sont pas respectées par le prestataire externe.

NORD NETTOYAGE